A propos des vaccins: «A l’exception de l’eau potable, il n’y a rien d’autre, même pas les antibiotiques, qui ait eu un effet si important sur la réduction de la mortalité…» 

Plotkin S. Vaccines, 5 th ed. Saunders, 2008

Wave

Les maladies et leurs vaccins

De nombreuses maladies infectieuses graves peuvent être évitées grâce à la vaccination. Qui doit se faire vacciner ? Quelle est l’efficacité des vaccins ?

 

 

logoVIF.png

Retrouvez toutes les recommandations et informations sur chacun des vaccins proposés en France en cliquant sur le logo du site vaccination-info-service.fr.

Focus sur une maladie ou sur un vaccin

Les papillomavirus humains (HPV) sont responsables de huit localisations de cancers (le col de l’utérus, l’anus, la vulve, le vagin, le pénis, la cavité orale, l’oropharynx et le larynx).

1 cas sur 3 cancer HPV chez l'homme.jpg
photo hf.png

Les cancers dus à HPV concernent les femmes comme les hommes.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Pour se protéger de ces cancers, la vaccination est recommandée et remboursée pour :

                    - les filles et  les garçons (depuis janvier 2021) entre 11 à 14 ans, avec un                                                                  rattrapage jusqu'à 19 ans révolus

                    - Pour les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes  jusqu'à 26 ans.

Cette vaccination est inscrite au calendrier vaccinal 2020.

                                    Une vaccination contre les HPV qui a fait ses preuves.

Les vaccins contre les infections à HPV ont été introduits dans de nombreux pays dans le monde depuis les années 2006/2007 (79 pays y ont recours en 2018). Grâce à cela, on dispose aujourd’hui de données solides en vie réelle démontrant l’efficacité des vaccins sur la réduction de l’incidence des cancers invasifs du col de l’utérus, des lésions précancéreuses, des infections HPV et des condylomes (aussi appelées verrues génitales) en comparaison avec la situation pré-vaccinale.

Sources : OMS, Santé Publique France

En complément de la vaccination, pour prévenir les cancers du col de l'utérus, le test de dépistage cervico-utérin (aussi appelé couramment frottis) est recommandé à intervalles réguliers pour les femmes de 25 à 65 ans. Il permet en effet de dépister les lésions précancéreuses et les cancers à un stade précoce. Il s’adresse également aux femmes vaccinées contre les HPV.

Nouveau!

Pour en savoir plus, consultez la page de l'Institut National du Cancer en cliquant sur le logo.

inca.png
Vaccination contre les HPV et protection contre les cancers
 

Imagyn lance une campagne de sensibilisation contre le cancer du col, le 18 janvier 2021

Source: Le Figaro, Le Parisien – 18 janvier 2021

 

imagyn.jpg
 

Vidéo 5 janvier 2021 (5min02)

L’association Imagyn lance ce lundi une campagne musclée de sensibilisation aux cancers liés au papillomavirus humain (HPV). Elle sera diffusée à la télévision et sur les réseaux sociaux. Le clip, qui évoque les rapports sexuels dans le  langage cru des adolescents, incite à la vaccination contre ces virus responsables de 6. 000 cancers par an, pour 2. 900 décès. Selon Santé publique France, la vaccination pourrait permettre d’éviter 1. 100 décès par an de femmes atteintes d’un cancer de l’utérus. Les professionnels estiment que la généralisation du vaccin aux deux sexes peut réduire de 90% le nombre de cancers du col de l’utérus, mais aussi les lésions précancéreuses (80%). La vaccination peut également permettre de prévenir bon nombre de cancers de la gorge, du larynx (environ 1 .500 par an), de l’anus (1 .500) et du sexe (200). Cette campagne s'inscrit par ailleurs dans un contexte de renouvellement de la politique de dépistage du papillomavirus, avec la recommandation, au printemps, des tests HPV, dont le coût est pris en charge par l’Assurance maladie. Plus fiables que la méthode classique, ils permettent d’espacer les contrôles à tous les cinq ans, contre trois ans auparavant, précise Le Parisien.