Tas de main du groupe heureux

Intérêts de la vaccination

Se protéger

 

Se faire vacciner, c’est se protéger contre des maladies dont les complications peuvent être graves voire mortelles. Grâce à la vaccination, on évite de développer ces maladies et on diminue le risque de contaminer d’autres personnes.

Protéger les autres

 

Se faire vacciner, c’est se protéger soi contre des maladies mais c’est aussi éviter de contaminer d’autres personnes. Réduire les possibilités de contamination est d’autant plus précieux que l’infection concernée est très contagieuse, comme la rougeole ou la grippe.

Certaines personnes ne peuvent pas recevoir de vaccin: les très petits nourrissons de quelques semaines ou mois de vie, trop jeunes pour être vaccinés, les personnes qui présentent une exceptionnelle contre-indication à la vaccination, liée par exemple à une maladie qui affaiblit leur système immunitaire (comme le cancer) ou à une réaction secondaire importante à une première injection de vaccin.

Se vacciner limite les risques de contaminer ces personnes : quand l’entourage d’un nouveau-né se fait vacciner contre la coqueluche, il évite au bébé d’être contaminé avant d’atteindre l’âge d’être vacciné.

Eviter la réapparition de dangereuses maladies

 

Certaines maladies semblent avoir disparu ou être devenues très rares.

Cependant, la plupart des microbes qui causent ces maladies existent toujours, y compris sur notre territoire. La vaccination doit donc se poursuivre. Ces microbes restent une menace pour les personnes non protégées par la vaccination ou insuffisamment protégées.

La présence de quelques cas d’une maladie contagieuse peut déclencher :

  • une épidémie chez les personnes non vaccinées,

  • des foyers locaux si des groupes de population ne sont pas immunisés.

 

En raison d'une couverture vaccinale insuffisante, des maladies, pourtant évitables, sont encore présentes dans le monde, comme le tétanos néonatal, mortel dans la majorité des cas, ou la rubéole congénitale qui est la cause principale de malformations congénitales évitables par la vaccination. La diphtérie est encore présente dans de nombreux pays, de même que l’hépatite B par exemple, augmentant le risque pour le voyageur et l’expatrié. Sans parler des maladies comme l’hépatite A ou la fièvre jaune pour lesquelles la vaccination est souvent conseillée.

Devenue très rare, la poliomyélite devrait bientôt, après la variole dans les années 70, être la deuxième maladie éradiquée dans le monde entier grâce à la vaccination.

Quels sont les risques de l'hésitation vaccinale?

 

Si l’on ne se vaccinait pas du tout, les maladies (celles des fameux 11 vaccins) reviendraient vite. Le retour de maladies disparues a d’ailleurs déjà eu lieu en Europe, lié aux hésitations vaccinales (fausses informations anti-vaccination).

Ainsi, un garçon de 6 ans (Barcelone- 2015) et une fillette de 3 ans (Anvers-2016) sont morts de diphtérie car ils n’étaient pas vaccinés. En 2015 en France un garçon de 9 ans a contracté le tétanos ; son certificat de vaccination était un faux, le médecin a été mis à pied.

Les « infections invasives à méningocoques » font encore en France 50 à 60 victimes par an (enfants ou jeunes adultes surtout) et laissent souvent de graves séquelles.

Enfin la rougeole est revenue en force à la suite d’un article falsifié dont l’auteur a depuis été radié ; mais le mal était fait : les décès par rougeole ont augmenté de 50% dans le monde entre 2016 et 2019. L’éradication prévue de cette maladie est repoussée ...à des temps plus raisonnables ?

Qu’est-ce que l’immunité de groupe ?

Il existe un élément très important dans la protection apportée par les vaccins: la notion d’immunité de groupe (appelée également protection collective). 

Lorsqu'un grand nombre de personnes au sein d'une communauté sont vaccinées, l'agent pathogène circule difficilement car la plupart des personnes qu'il rencontre sont immunisées. Ainsi, plus le nombre de personnes vaccinées est élevé, moins il est probable que les personnes qui ne peuvent être protégées par les vaccins soient exposées aux agents pathogènes dangereux. C'est ce que l'on appelle l'immunité collective.

Ce point est particulièrement important pour les personnes qui non seulement ne peuvent pas être vaccinées (en raison d'une maladie sous-jacente ou d'une contre-indication par exemple), mais sont également plus sensibles aux maladies contre lesquelles un vaccin est administré. Aucun vaccin ne confère à lui seul une protection totale, et l'immunité collective ne confère pas une protection totale à ceux qui ne peuvent pas être vaccinés en toute sécurité. Toutefois, grâce à l'immunité collective, ces personnes bénéficieront d'une protection considérable, grâce à la vaccination des personnes qui les entourent.

La vaccination permet non seulement de se protéger, mais aussi de protéger les membres de la communauté qui ne peuvent pas être vaccinés. Si vous le pouvez, faites-vous vacciner. 

vaccines-community-immunity-fr OMS1.png
vaccines-topic-1-community-immunity-fren

Pour plus d'informations et d'explications sur la notion de protection collective, consultez le dossier pédagogique de Sante Publique France.

dossier immunité collective santé publiq
immunité collective dessin.JPG

Sources : OMS, Santé publique France, sites certifiés HON Code (Health on net)

La vaccination est une démarche individuelle qui s’inscrit dans le cadre de la protection collective de la population. Se faire vacciner, c’est aussi protéger sa famille et ses proches.

Pourquoi la vaccination est-elle importante pour nous et pour les autres ?