ÀPROPOS

Êtes-vous à jour de vos vaccinations ?

Brèves

Plus de 200 centres de vaccination COVID en Occitanie

affiche vaccination occitanie.jpg

Face au rebond épidémique, une seule solution : la vaccination !

Plus de 200 centres de vaccination sont ouverts en Occitanie.

Les Halls 7/8 sur l'île du Ramiers à Toulouse a permis la vaccination de plus de 20 000 personnes le week-end du 17-18 juillet 2021: un record au sein de l'Union Européenne!

21 juillet 2021

L'adhésion de la population à la vaccination progresse

en Occitanie comme dans toute la France

16 juin 2021

Santé publique France publie dans son Bulletin de santé publique (BSP), le 18 mai 2021, les données relatives aux couvertures vaccinales ainsi que les données du Baromètre santé 2020 relatif à l’adhésion vaccinale. La crise sanitaire exceptionnelle liée à l’épidémie de COVID-19, ne doit pas faire oublier l’importance des autres vaccinations pour préserver la santé de tous. La vaccination représente un enjeu majeur de santé publique et demeure le moyen de prévention le plus efficace pour se protéger contre certaines infections graves.

Chiffres clé en Occitanie:

> Poursuite de l’augmentation du recours à la vaccination chez les nourrissons pour lesquels s’applique l’extension de l’obligation vaccinale :

• + 9,8 points (+6.4 pour la France entière) pour la couverture vaccinale de la 3ème dose du vaccin contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, l’Haemophilus influenzae b et l’hépatite B, (cohorte 2017 : 80,1% ; cohorte 2019: 89,9%)

• + 2.3 points (+1,7 pour la France entière) pour la couverture vaccinale de la 3ème dose du vaccin contre le pneumocoque (cohorte 2017 : 88,1% ; cohorte 2019 : 90,4%)

• + 13.6 points (12,2 pour la France entière) pour la couverture vaccinale de la 1ère dose du vaccin contre le méningocoque C (cohorte 2018 : 73.9% ; cohorte 2020 : 87.5%)

• +12.2 points (+ 9.2 pour la France entière) pour la couverture vaccinale du rappel du vaccin contre le méningocoque C (cohorte 2017 : 77.2% ; cohorte 2019 : 89.4%)

> Augmentation des couvertures vaccinales chez les enfants et adolescents nés avant l’entrée en application de la loi

• + 7.1 points (+5,8 pour la France entière) pour la couverture vaccinale de la 1ère dose du vaccin HPV chez les jeunes filles de 15 ans nées en 2005 (37%) en comparaison avec celle des jeunes filles nées en 2004 (29,9%)

• Augmentation de la couverture vaccinale du rattrapage de la vaccination contre le méningocoque C dans toutes les tranches d’âges au-delà de 2 ans

 

Poursuite de l’augmentation de l’adhésion à la vaccination, en France80% des personnes interrogées déclarent être favorables à la vaccination en général (73,9% en 2019)

Vaccination Covid Les professionnels de santé montrent l’exemple à Toulouse

JL .png

Par Nicolas Mathé

6 janvier 2021 - 13:47

covid piq.png

« Dérouler, accélérer et mobiliser. » Tels étaient les mots d’ordre du préfet de Haute-Garonne Etienne Guyot, ce matin, à l’hôpital Purpan du CHU de Toulouse, à l’occasion de l’ouverture d’un des premiers centres de vaccination contre la Covid-19 destiné aux professionnels de santé. Alors que les premières doses sont arrivées hier dans la Ville rose, réservées dans un premier temps aux personnes âgées résidant en établissement, l’ensemble des acteurs locaux du secteur de la santé étaient réunis pour montrer leur détermination.

Accélérer le rythme

« Conformément à la stratégie vaccinale définie par la Haute autorité de santé, la campagne de vaccination a débuté en priorité dans les établissements pour les personnes âgées. Environ 60 seront concernés d’ici la fin de la semaine dans le département et la totalité le seront d’ici la fin du mois de janvier. Et, suite à la volonté du gouvernement d’accélérer le rythme, nous lançons, dès aujourd’hui, la campagne à destination des professionnels de santé », explique Pierre Ricordeau, directeur de l’Agence régionale de santé Occitanie.

Huit premiers centres de vaccination pour les professionnels de santé en Haute-Garonne

Au total, huit premiers centres de vaccination ouvriront dès cette semaine en Haute-Garonne. Aussi bien sur les sites du CHU (Purpan et Rangueil dès aujourd’hui, Larrey, Oncopole et La Grave lundi prochain) que dans des établissements ou organismes de médecine libérale. « Les personnels soignants, libéraux comme hospitaliers, jouent une rôle majeur dans la campagne de vaccination. Ils sont en première ligne dans les moments les plus difficiles, ils savent ce que représentent la Covid-19 », assure Pierre Ricordeau.

Mobilisation pour éteindre les polémiques

Certains d’entre eux n’ont ainsi pas hésité à joindre les actes à la parole en se faisant administrer une dose de vaccin dès ce matin. À l’image de Christine Chatelain, infirmière libérale, du professeur Laurent Schmitt, président de la Commission médicale d’Etablissement du CHU de Toulouse ou encore du docteur Maurice Bensoussan, président de l’Union régionale des professionnels de santé (URPS). « Ce n’est pas un plaisir mais un devoir », souffle ce dernier après être passé sous l’aiguille. « La vaccination ne doit pas être l’objet de polémique, c’est très important pour l’intérêt collectif. Je m’engage en rapport avec mes fonctions, pour montrer qu’il n’y a pas d’ambiguïté chez les acteurs libéraux », poursuit-il.

Objectif 90 000 vaccinations en Occitanie d’ici fin janvier

Les objectifs de l’opération du jour sont clairs : rassurer les sceptiques en montrant l’exemple. Mais aussi éteindre les critiques sur la lenteur de la campagne française. « Les doses vaccinales arrivent à la pharmacie du CHU de Toulouse et nous irons le plus vite possible à mesure que nous les recevrons. Tout en sachant que la logistique est complexe, en raison des contraintes dues à la congélation des vaccins », explique Pierre Ricordeau. Même s’il ne dispose pas de chiffres précis, ce dernier estime que 90 000 personnes devraient être vaccinées en Occitanie d’ici le début du mois de février. Un nombre en rapport à l’objectif national d’un million de vaccinations.

Prochaine étape : les personnes de plus 75 ans vivant à domicile

Après les personnes âgées résidant en établissements et les professionnels de santé, viendra ensuite le tour des personnes de plus de 75 ans vivant à domicile. Mais, pour l’heure, la stratégie n’a pas encore été arrêtée. « Il faut trouver le bon maillage entre les centres de vaccination et la nécessaire proximité. Les discussions se poursuivent et nous serons opérationnels d’ici la fin de semaine », avance Pierre Ricordeau.